LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Première séance à 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Gébé, on arrête tout, on réfléchit / L'AN 01
Si, après avoir vidé votre PEL pour aider Utopia à concrétiser le projet de cinéma du futur à Pont Sainte Marie, il vous reste 3 sous d’épargne à dilapider dans la joie et la bonne humeur…On était très heureux de recevoir Pierre Carles à Utopia Borderouge, pendant le dernier festival du film gro...

lu dans BOX-OFFICE PRO : "Vers Troyes, Utopia fait appel au financement citoyen"
Le réseau indépendant, qui a obtenu le permis de construire le 19 octobre, a lancé une vaste campagne de financement participatif pour son projet de cinéma à Pont-Sainte-Marie, dans l’Aube.« Il est temps que le cinéma passe au vert ! » Déterminée, Anne Faucon a décidé de franchir une nouvelle ét...

La cagnotte ULULE pour UTOPIA, ça marche !
Petit point d’étape : plus de 70% collectés en quelques jours auprès de 171 contributeurs : c’est un peu la classe ! Et le signe que, malgré la morosité ambiante, on y croit un bon peu à ce monde meilleur ! Il reste un mois et quelques pour compléter, voir enrichir encore notre projet. Que vous ...

Le cinéma et le bistrot d'Utopia Tournefeuille sont fermés jusqu'au 12 août
Le lieu sera fermé jusqu’au 12 août pour réalisation des grosses œuvres afin de conforter le terrain qui héberge le cinéma. En effet un affaissement du terrain concernant l’annexe de la salle 1, sortie de secours côté bistrot, a mis à rude épreuve notre bâtiment, comportant de problèmes divers e...

SING ME A SONG

Thomas BALMÈS - documentaire Bouthan 2019 1h39mn VOSTF -

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

SING ME A SONG« Sing me a Song (chante-moi une chanson…), tout me va… tant que c’est une chanson d’amour… ». Dans le secret de sa chambre, c’est ce que gazouille timidement le jeune bonze qui rêve déjà de la demoiselle rencontrée sur internet. La caméra règle dès lors son pas sur celui de Peyangki, adolescent bouthanais, créant une proximité qui nous le rend vite intime. Une proximité rendue possible par la connivence réciproque qui s’est installée avec le réalisateur – Thomas Balmès avait déjà filmé Peyangki quelques années auparavant pour son film Happiness. Il revient donc dans le monastère de Lasa, perché à 4000 mètres d’altitude, dans lequel il avait laissé le garçonnet qui avait alors huit ans. À l’époque, la voie de Peyangki était limpide et lumineuse, son avenir tel qu’il l’avait choisi était tout tracé : rester pour toujours dans ces magnifiques paysages montagnards, prier, prier encore, prier sans relâche, devenir moine, en dépit de l’avis de ses parents qui voulaient l’envoyer à l’école. L’électricité n’était alors qu’un vague rêve. La télévision, interdite par le roi jusqu’en 1999, ne trônait pas dans chaque demeure… Qu’en est-il désormais ? Moins de dix ans ont passé, et pourtant ce pays, qui fut l’un des derniers à voir arriver les écrans, est celui qui en est devenu le plus grand consommateur… Les Bhoutanais étaient bien peu préparés à l’invasion technologique qui allait se produire…

Ici à Lasa, la nature est toujours belle, à vous vriller le cœur. L’air, toujours aussi vif, vous fouette les sens et donne envie de gambader dans les grandes étendues herbeuses qui surplombent les plaines. Mais cela ne semble plus être la priorité des moinillons, perpétuellement rivés à leurs portables, devenus incapables même d’en décrocher durant les incantations, les prières. Il faudra bientôt que Bouddha pénètre dans leurs écrans pour espérer attirer un peu leur attention. Il y a quelque chose d’un peu effrayant dans ce monastère comme on ne l’imagine guère, où même la guerre pénètre par l’intermédiaire des jeux vidéos. Il n’est sans doute que le reflet de toute une société. Ce qui frappe, c’est la grande liberté qui y règne. Il y a bien quelques aînés qui essaient d’aiguiller, de donner deux ou trois conseils dans la plus grande bienveillance… Qui les écoute, qui les suit vraiment ?
Plus que les jeux vidéos, ce sont les filles qui titillent Peyangki, un penchant tenace qui ne peut pas contribuer à la sérénité d’un célibat monacal… À force de baguenauder dans les pâturages de la toile, il a même fini par dénicher la perle rare. Du moins le croit-il car, en définitive, que connait-il du vaste monde ? Il se gargarise des mots de la donzelle, finit par ne plus pouvoir cacher la chose à son meilleur ami : « Regarde comme elle est jolie ! » Elle a la voix douce, elle chante bien, se montre disponible et désireuse de le rencontrer… Il n’en faut pas plus pour que naisse une véritable idylle. Plus les deux tourtereaux échangent à distance, plus l’envie devient irrépressible d’aller la rencontrer. Bien que notre jeune éphèbe ne soit jamais sorti de sa campagne, peut-être franchira-t-il le pas ?

Vous l’aurez deviné : le véritable personnage principal de cette intrigue amoureuse, ce qui lui donne son piquant, c’est la révolution numérique qui s’opère dans un pays qui a tout fait pour s’en protéger le plus longtemps possible. Et ce même big brother qui s’impose dans nos vies nous parait d’autant plus terrible dans ces paysages sublimes, jusques-là préservés. C’est comme un miroir tendu qui nous fait nous questionner sur le tournant que prennent nos civilisations, le sens de la vie, nos propres addictions. Salutaire, beau et percutant !