LA GAZETTE
(à télécharger au format PDF)

NOUS APPELER

NOUS TROUVER
(et où trouver la gazette)

NOS TARIFS :
TARIF NORMAL : 7€
CARNET D'ABONNEMENT : 50€ (10 places, non nominatives, non limitées dans le temps, et valables dans tous les Utopia)
Séances sur fond gris : 4,5€

RSS Cinéma
RSS Scolaires
RSS Blog

(Quid des flux RSS ?)

EN DIRECT D'U-BLOG

Le blog des profondeurs...
(de champ)

Contre temps : le ciné Borderouge ouvrira plus tard que prévu !
Nous en sommes tout désappointés, mais la Commission de Sécurité qui s’est réunie le 4 avril a demandé des compléments de dossier concernant les quelques modifications apportées au permis de construire… Nos architectes et bureau d’étude transmettent les pièces demandées cette semaine, mais la no...

Osez Le Féminisme ! Appel à contribution
Pendant le mois de mars Utopia et l’association Osez Le Féminisme Toulouse s’associent pour organiser une collecte de produits d’hygiène intime pour les femmes en situation de précarité.Les violences économiques contre les femmes les fragilisent. Trop souvent, les femmes migrantes ou SDF sont in...

C’était au mois de mars 2003...
C’était au mois de mars 2003… dix ans tout juste après qu’Utopia Toulouse ait ouvert ses portes. Pas moins de 1500 personnes s’étaient pressées ce jour-là pour découvrir le nouveau ciné : il y avait du beau monde, la compagnie Emmanuel Grivet nous avait régalés de quelques entrechats et pantomi...

Bonne année, meilleurs vœux! Solidarité: "Emigré, émigré, reste-là t'en va pas… si on ne se mélange plus, je crois qu'on est foutus!"
Ainsi chantaient Font et Val en 1984! Vous pouvez écouter cette chouette chanson là: …Les temps ont bien changé, je vous l'accorde! Pas les problémes. "Les riches toujours plus riches, les pauvres toujours plus, les gens n'ont plus le temps d'espérer ni de penser" (comme le chante Che Suda...



Jeudi 5 Juin à 21h à Toulouse, projection unique précédée d’un concert de rap avec DJ SPAZM et l’1PROBABLE MC, et d’un set d’improvisation avec le TOULOUSE FREESTYLE CLUB et leurs invités. Pour cette séance, tarif unique : 8€ - achetez vos places dès le 24/05.

AU PIED DU MUR

Laure Larrieu et Louis Fabriès - documentaire France 2009 52mn - Musique Al'tarba et Droogz Brigade, Mixage Jules Ribis, Graphisme Armel Marchadour.

(ATTENTION ! Cette page est une archive !)

AU PIED DU MURQue pensez vous de tous ces tags qu'on trouve partout, sur chaque recoin de mur, sur les poubelles, les trains, les boîtes aux lettres ?… Vous aussi vous vous demandez quel intérêt il y a à gribouiller bêtement son nom partout ? Ou peut-être pensez vous simplement qu'il s'agit, d'un profond manque de respect, envers les propriétaires des lieux, envers ceux qui vont nettoyer…
Pour être franche, je ne m'étais jamais dit, avant d'avoir vu Au pied du mur que cet acte pouvait être réfléchi et revendicateur. Voilà pourquoi le film est à la fois réussi et tout à fait intéressant : il donne une voix à ces ombres nocturnes et inquiétantes.
Et cette voix est loin d'être celle d'une petite racaille stupide qui n'a qu'un seul but : emmerder le monde. Chaque graffeur a sa propre appréciation de ses peintures, et de ce qu'elles impliquent dans l'espace urbain. Chacun d'eux pense à la manière dont elles vont être reçues.
La culture graffiti a des codes spécifiques, une Histoire, qu'ils connaissent, revendiquent et dans lesquels ils s'inscrivent. A l'encontre de ce que l'on pourrait penser, ces « vandales » aiment leur ville, ils en connaissent les recoins et les détours. Toulouse est ici un terrain de jeux, mais aussi d'expression. Certains préfèrent les friches abandonnées près du cratère d'AZF et prendre le temps de travailler leurs techniques. D'autres préfèrent l'énergie du centre ville où le challenge est plus grand.

La répression est abordée aussi, ressentie plutôt, de manière sous-jacente mais intégrée comme un élément à part entière dans la culture graffiti, y ajoutant l'excitation de la transgression et la nécessité revendicative. La répression, cause fondamentale du fait que nous n'ayons justement jamais accès à cette parole-là, mais aussi de l'émergence d'un graffiti de plus en plus « agressif ».
Dans ce film il y a une vraie écoute, une vraie curiosité qui débouche sur des propos particulièrement riches. Sans jamais juger, sans encourager non plus, le film déploie simplement une réelle envie de comprendre. Et de fait le résultat est là : notre regard n'est plus le même quand nous sortons du cinéma.

Jeudi 5 juin à Tournefeuille, en collaboration avec Mix'art Myrys, la séance de 20h30 du film WE ARE THE BEST (au tarif habituel) sera suivie d'un concert de Crash tes couilles. Participation libre mais nécessaire pour rémunérer les musiciens ! Venez nombreux (achetez vos places à partir du 24 mai).

Ce film est une vraie bouffée de fraîcheur et pas seulement parce qu'il nous vient de Suède ! À voir en bande ou en famille, c'est franchement bonnard !
Stockholm, 1982 après Jésus-Christ. La terre est envahie par une terrible vague de disco. Toutes les filles rêvent de ressembler à ces stars extravagantes qu'on aperçoit sur le petit écran et qui ne brillent que par leurs paillettes. Toutes ? Non ! Car voilà qu'un groupe d'irréductibles collégiennes de treize ans à peine se dresse contre l'ordre établi et s'écrie « Punk is not dead ! »… Résolument réjouissant et énergique et positif, ce joli film se place du point de vue des jeunes et plus particulièrement du point de vue des filles. Lukas Moodysson est particulièrement doué dans ce registre : souvenons-nous de son épatant premier film, Fucking Amal (voir la page de présentation du film).